Résultats Test Non Personnalisés

Bonjour inconnu,

vous venez de réaliser votre test de niveau de stress dont voici les résultats

Votre niveau de stress est inconnu

Découvrez à quelle phase de stress vous êtes

Savez-vous que le stress au travail est un phénomène de défense naturel et salutaire lors d’une évaluation ou d’une performance particulière ? Pourtant, vous le sentez parfois devenir sournois, malfaisant, voire même invalidant. Focus sur les 3 états psychologiques du stress avec des conseils pour mieux le gérer et éviter d’arriver jusqu’au burn-out.

CoachByWill-3-etats-psychologiques-du-stress-main-photo

Première phase psychologique du stress | L’alarme pour vous prévenir d’un danger

À chaque fois que vous vous trouvez en situation de stress, votre système sensoriel se transforme en appareil de détection et commande à vos cinq sens une évaluation du contexte. Votre vue, votre ouïe, votre odorat, votre goût et toutes vos fonctions tactiles sont mis à contribution pour vous mettre en éveil et évaluer le danger.

Identifiez la source de stress pour mieux y répondre

Généralement, vous arrivez facilement à repérer le facteur de votre stress et c’est une étape nécessaire pour arriver à mieux le gérer, et dans le meilleur des cas, le faire disparaître. Vous pouvez, par exemple, éprouver du stress lors d’une surcharge de travail accompagnée d’horaires trop importants ou d’échéances impossibles à respecter. 

Dans certains cas, vous serez sujet à un stress dû à des difficultés relationnelles avec vos collègues. D’ailleurs, vous n’êtes pas toujours à l’aise, selon le groupe dans lequel vous évoluez. Et vous avez même conscience que vous pouvez souffrir, comme les comédiens, de trac lorsque vous devez prendre la parole en public.

Votre corps se met en éveil pour gérer la situation de stress

Tout d’abord, il faut bien comprendre que votre stress est une réponse immédiate et naturelle de votre corps face à une menace existante, ou pas. En effet, vous l’avez sans doute remarqué, vous stressez parfois pour des raisons qui ne présentent pas un réel danger. 

C’est, par exemple, le cas lors d’une prise de parole en public. Vous ressentez une gêne qui peut être relativement importante, car votre cerveau déclenche subitement une réponse et sécrète une décharge d’adrénaline. Votre rythme cardiaque s’accélère, et vous pouvez même parfois être pris de nausées.

Apportez une réponse en fonction du danger réel

Grâce à la vidéo « Le trac et la réponse combat/fuite » de e-penser, vous allez comprendre comment votre corps réagit à un facteur de stress. Selon son degré d’intensité et en fonction de votre capacité de résistance, vous devrez alors prendre une décision dans l’urgence.

En réponse à cette “agression”, vous devez faire un choix :  surmonter le facteur de stress ou lui échapper. C’est ainsi que vous apporterez une réponse de combat pour dominer une situation que vous estimez surmontable ou décider de fuir si vous ne vous sentez pas capable d’y être confronté et d’en sortir gagnant.

Deuxième phase psychologique du stress : la résistance ou stress chronique

Si vous n’y prenez garde, vous pouvez facilement passer d’un stress normal et issu d’une situation parfaitement identifiée à un stress anormal et chronique. En fait, cela dépend essentiellement de votre faculté à l’affronter et à le gérer. 

Dans une situation de stress important, vous allez, sans le savoir, mettre en place un processus appelé coping. Cela consiste à développer des tactiques d’adaptation pour apporter une réponse et si possible une solution à cet état qui ne doit, normalement, pas durer.

Selon les spécialistes, votre stratégie de coping va se baser sur les évaluations incessantes que vous faites de votre environnement. Vous allez ensuite vous focaliser sur le problème ou les émotions qu’il suscite. Si vous gagnez en confiance, en habileté et en prise de distance, vous arriverez à jongler entre deux techniques de coping, selon la nature du stress.

Votre stratégie d’adaptation (coping) est centrée sur le problème ?

Dans cette stratégie, vous allez chercher à réduire l’origine de votre stress et à trouver les ressources nécessaires pour y faire face. Souvent, vous ressentirez immédiatement les effets de vos actes en adoptant des comportements comme la négociation (des horaires, d’une date de remise de dossiers), une meilleure organisation ou l’acceptation de recevoir de l’aide (par un collègue de travail, votre supérieur, etc.).

Ici, vous répondez à la source de stress en vous focalisant sur la résolution du problème et l’affrontement de la situation.

Êtes-vous plutôt un adepte du coping centré sur l’émotion ?

Dans cette tactique, vous allez vous situer davantage dans une régulation de vos émotions que dans l’action. En réalité, vous serez centré sur vos réactions émotionnelles, cognitives, comportementales ou physiologiques. 

Vous en êtes conscient, vous arrivez parfois à minimiser la menace ou à la surmonter avec la satisfaction d’avoir grandi lors de cette expérience. Dans d’autres cas, vous avez l’impression d’être seul responsable du problème et avec une telle façon de l’analyser, vous vous rabaissez encore un peu plus. Et puis, vous pouvez également passer par des périodes pendant lesquelles vous êtes tenté d’oublier vos ennuis et de tourner le dos à ce mal-être, parfois en laissant des dépendances (médicaments, alcool, etc.) s’installer sournoisement. 

Par ce type de réponse et de stratégie, vous obligez votre corps à consommer plus d’énergie et à puiser constamment dans vos ressources.  

Et si vous acceptiez de vous tourner vers vos collègues ou un professionnel pour bénéficier de leur écoute et de leur aide ?

3-etats-psychologiques-du-stress-alerte-resistance-epuisement-burnout

Troisième phase psychologique du stress : l’épuisement

Au début de cette phase, vous êtes de plus en plus stressé et vous avez la sensation d’être au bord de l’épuisement psychique, émotionnel et physique.

Burn-in : une phase de déni et d’enfoncement

Lors de cette descente vers un épuisement global, vous perdez peu à peu pied à tous les niveaux de la gestion de votre quotidien professionnel. Vous travaillez pendant des horaires toujours plus longs tout en  accumulant une pile de dossiers en retard. Les honorer vous pèse autant que d’entretenir des échanges cordiaux avec vos collègues de travail. 

Physiquement, vous commencez à repérer des symptômes qui vont prendre la forme d’une fatigue chronique, de migraines, d’infections virales à répétition ou de problèmes de peau.

Burn-out : l’édifice s’écroule totalement

Si vous ouvrez la porte du burn-out, cela signifie que vous avez accumulé une fatigue ou une frustration dues, en partie, à un manque de reconnaissance de votre dévouement. Cette énergie déployée ne recevant pas le retour idéal que vous vous étiez fixé, vous vous découragez progressivement pour glisser vers un état d’épuisement total et généralisé.

N’attendez pas pour agir et vaincre votre stress au travail

Nous l’avons vu, vous pouvez assez facilement reconnaître les symptômes dûs à votre stress et vous devez tout mettre en œuvre pour prendre des mesures le plus tôt possible.

En effet, vous ne devez pas considérer que le stress est une obligation professionnelle. Vous pouvez d’ailleurs mettre en place des méthodes pour organiser vos journées de façon optimale. Exercer votre métier en vous préservant est la moindre des choses que vous devez vous offrir, même si cela va vous demander de rester en éveil et de vous écouter.

3-etats-de-stress-alarme-resistance-epuisement

Dans le cas où votre stress est trop important ou s’il ne peut se résorber sans aide extérieure, n’attendez pas qu’il soit trop tard pour vous confier et vous faire aider par un expert en gestion du stress.

Résultat Quiz Stress

Bonjour,

Alors votre stress ?

Selon l’encyclopédie de Médecine (2008), la gestion du stress est : “l’ensemble de techniques destinées à accompagner les gens à gérer plus efficacement le stress dans leur vie en analysant les facteurs de stress spécifiques et en prenant des mesures positives pour en minimiser les effets” 

Tout d’abord, mettons les choses au clair : l’objectif de la gestion du stress n’est pas de vivre sans stress. Ce n’est pas réaliste. Après tout, c’est une réaction humaine indispensable que nous vivons tous de temps en temps, cliquez ici pour en savoir plus.

Cependant, si le stress est inévitable, la détresse ne l’est pas. Apprendre à s’occuper de son stress n’est donc pas seulement qu’une question de bien-être, mais bien de votre santé physique et mentale. 

sur le stress

Si vous n’êtes pas encore convaincu de la nécessité de vous occuper dès maintenant de votre stress, ces 10 faits peuvent vous aider :

  1. Le stress a été qualifié de “tueur silencieux” car il peut provoquer des maladies cardiaques, de l’hypertension, des douleurs thoraciques et des battements de cœur irréguliers. Il peut augmenter la probabilité de formation de caillots sanguins, car le sang se prépare aux blessures et devient plus “collant” (Chilnick, 2008).
  2. Le stress est à l’origine de 30 % des problèmes de stérilité. Chez la femme, le stress peut provoquer des spasmes dans les trompes de Fallope et l’utérus. Chez les hommes, il peut réduire le nombre de spermatozoïdes et provoquer des troubles de l’érection (Bouchez, 2018).
  3. Les chercheurs ont constaté que le stress aggrave l’acné, ainsi que la peau grasse (Warner, 2002).
  4. Le stress peut également entraîner une prise de poids. On a découvert que l’hormone du stress, le cortisol, provoque à la fois l’accumulation de graisse abdominale et l’agrandissement des cellules adipeuses, ce qui entraîne une graisse “malade” (Chilnick, 2008).
  5. Chez les enfants, on a constaté que le stress chronique avait un impact négatif sur leur croissance en raison d’une réduction de l’hormone de croissance dans l’hypophyse (Van der Kolk, B. et. al., 2007).
  6. En cas de stress chronique, des hormones dominantes sont libérées dans notre cerveau. Ces hormones sont destinées aux situations d’urgence à court terme et, lorsqu’elles existent pendant de longues périodes, elles peuvent rétrécir, altérer et tuer les cellules du cerveau (Wallenstein, 2003).
  7. Le stress chronique peut exercer une pression sur les artères et les organes et les endommager. Cela se produit en raison de l’inflation de notre corps causée par les cytokines (résultat du stress) (McEwen, 2003).
  8. Le stress est également responsable de la modification de notre taux de glycémie, qui peut entraîner de la fatigue, de l’hyperglycémie, des sautes d’humeur et un syndrome métabolique (“How Does Stress Affect Us ?”, 2016).
  9. Sur une note positive, nous pouvons réduire notre niveau de stress en riant. Le rire fait baisser les hormones du stress, notamment le cortisol, l’épinéphrine et l’adrénaline. Le rire renforce également notre système immunitaire en libérant des hormones positives (Wallenstein, 2003).
  10. Autre bonne nouvelle, surtout pour les amateurs de chocolat : il a été prouvé que le chocolat noir réduit les hormones du stress (Wallenstein, 2003).

Quelles sont pour gérer votre stress ?

Il existe de nombreuses façons différentes de gérer le stress et il est important de trouver ce qui fonctionne réellement pour vous. Il peut s’agir d’utiliser des techniques d’auto-assistance, de changer de mode de vie ou d’obtenir un accompagnement professionnel. 

Techniques d’auto-assistance

Parlez-en

Ne gardez pas tout pour vous. Parlez à un proche de vos soucis ou des choses qui vous dépriment. Partager vos inquiétudes peut déjà réduire la pression et vous donner l’occasion de rire de situations potentiellement insolites. Beaucoup de nos soucis semblent beaucoup moins inquiétants lorsque nous les disons à voix haute. Si vous n’avez pas envie de les partager, les écrire est aussi un excellent moyen de les libérer. 

Pratiquez la méditation et la relaxation

Utilisez des techniques telles que la respiration profonde, les visualisations guidées, le yoga ou la sophrologie. Ces activités aident à détendre votre corps. Vous trouverez ici quelques exemples à essayer.

Réduisez le bruit et l’agitation

Éteindre toute la technologie, le temps d’écran et les stimuli constants peut nous aider à ralentir. Combien de fois vous êtes vous déconnecté et posé simplement aujourd’hui ? Cela peut être changé, dans votre propre intérêt. Prenez le temps de vous reposer chaque jour. N’oubliez pas que la recharge est un moyen très efficace de lutter contre le stress.

Sortez de votre tête

Parfois, il est préférable de ne pas essayer de faire face aux pensées qui vous submergent. Parfois, vous avez juste besoin d’une pause. Distrayez-vous. Regardez un film, lisez un livre, téléphonez ou rejoignez un ami, allez vous promener ou faites quelque chose de positif qui vous fera oublier l’espace d’un moment ces choses stressantes.

Points positifs

points négatifs

Changement de mode de vie

Nutrition

Vous l’avez déjà entendu, mais vous êtes ce que vous mangez. Veillez à avoir une alimentation équilibrée et saine. Des modifications simples de votre régime alimentaire, comme la réduction de votre consommation d’alcool, de caféine et de sucre, sont un moyen éprouvé de réduire l’anxiété. 

Exercice Physique

Un autre moyen garanti de réduire le stress est l’exercice physique. Il est également prouvé qu’il est aussi efficace que les antidépresseurs pour soulager une légère dépression ou un léger passage à vide.

Sommeil

Des bonnes nuits de sommeil sont fondamentales pour se recharger et gérer au mieux les situations stressantes. Bien que cela varie d’un individu à l’autre, en ce qui concerne la quantité exacte de sommeil nécessaire, un sommeil ininterrompu d’environ 8 heures est généralement recommandé. 

Points positifs

points négatifs

Accompagnement professionnel

Développez vos compétences émotionnelles et cognitives

Restructuration cognitive : il s’agit ici d’une technique permettant de comprendre les émotions négatives et de challenger les croyances parfois erronées qui en sont la cause et provoquent ces émotions et ce stress. 

Renforcer votre résilience : La résilience est notre capacité à rebondir après des expériences stressantes ou négatives. Pour simplifier, développer votre résilience, c’est développer votre capacité à accepter qu’une situation se produise, d’apprendre de ce qui s’est passé et de savoir lâcher prise pour pouvoir ensuite passer à autre chose.

Développez vos compétences comportementales

Apprendre à poser des limites : Les limites sont l’ensemble des règles internes que nous établissons pour nous-mêmes. Elles définissent les comportements que nous accepterons et n’accepterons pas, le temps et l’espace dont nous avons besoin de la part des autres et les priorités que nous avons.  Des limites saines sont essentielles pour une vie sans stress. Lorsque nous avons des limites saines, nous nous respectons nous-mêmes et nous veillons à notre bien-être en exprimant clairement nos limites aux autres.

Apprendre à gérer votre temps : Si nous les laissons faire, nos jours nous consument. Avant même que nous nous en rendions compte, les mois deviennent extrêmement chargés. Lorsque nous arrivons à établir clairement des priorités et à organiser efficacement nos tâches, nous nous créons une vie moins stressante et plus agréable.

Développez vos compétences de conscience

Apprendre à développer la maîtrise de soi : la conscience de soi, à travers la régulation de votre attention et l’augmentation de votre flexibilité cognitive et émotionnelle permet d’accueillir et d’accepter le moment présent dans un état de non jugement.

Quel format d'accompagnement ?

L’objectif d’un accompagnement professionnel est de vous offrir un espace de réflexion, de clarté et d’évolution de votre santé physique et mentale; deux formats de cet accompagnement co-existent : 

Si vous êtes quelqu’un d’indépendant et vous aimez faire les choses à votre manière, alors, des formations autonomes de développement de ces compétences sont faites pour vous, et vous trouverez ici des exemples adaptés à vos besoins.

Si vous préférez avoir un professionnel à vos côtés pour travailler spécifiquement et en profondeur les facteurs de stress vous concernant, alors le coaching par un professionnel certifié est fait vous et si cela vous intéresse, découvrez comment je peux vous accompagner personnellement.

Points positifs

points négatifs

Message contraignant : Dépêche toi

En synthèse

DÉPÊCHE TOI

Ta croyance en bref : Pour exister, tu crois que tu as besoin d’être rapide.

Ta vie se résume à multiplier les activités en parallèle et à tout faire en même temps ! Etre assis sans rien faire n’est pas une option pour toi.

Messages contraignants entendus dans ton éducation

Depuis ton plus jeune âge, tu entends des messages ou des idées que ton autorité éducationnelle te vend et que tu vas finir par acheter. Et même formulées sans intention de nuire, ces petites phrases répétées t’intiment d’obéir pour te conformer aux attentes dictées par cette autorité.

  • « Allez… Dépêche-toi !» 
  • « Ne traîne pas s’il te plait !»
  • « Il faut se dépêcher »
  • « Vite, on va être en retard ! » 
  • « Tu vois ! A cause de toi, on est encore en retard ! »
  • « On n’a pas le temps ! » 
  • « Plus vite, on a encore plein de choses à faire » 

Comportements

Ces messages en boucle vont avoir aussi bien des effets positifs, lorsqu’ils sont adaptés à la situation, que des effets négatifs dans les cas de sur-adaptations.

Coté pile

  • Tu cherches à être toujours en activité et en mouvement
  • Les échéances courtes et l’urgence te rendent plus efficace
  • Ton excitation et ton énergie viennent de ce trop peu de temps
  • Tu apportes beaucoup d’énergie dans un groupe
  • Tu arrives à honorer des délais très courts
  • Tu te mets en mouvement rapidement
  • Tu es capable de décider vite
  • Tu es capable de suivre plusieurs dossiers en même temps.

Coté face

  • Tu es souvent agité et impatient
  • Tu te mets beaucoup de pression pour en faire toujours plus
  • Tu parles très vite
  • En les pressant, tu inhibes la réflexion des autres
  • Tu interromps ou finis les phrases de l’autre
  • Tu t’ennuies facilement
  • Tu préfères la rapidité à la qualité
  • Tu prends en charge plus que ce que tu peux faire.

Conséquences mentales, émotionnelles et physiques

Cette pression et ce message répété en boucle ont des conséquences sur nos émotions, notre mental ou notre physique

Pression sur soi et les autres

Nous avons une fâcheuse tendance à mettre beaucoup de pression sur notre entourage pour qu’ils s’adaptent à notre rythme effréné et à nous montrer impatient. Comme un Speedy Gonzales sous amphétamines, nous devenons un persécuteur focalisé sur le temps, qui a tendance à oublier d’expliquer les choses, à éventuellement faire à la place des autres pour gagner quelques précieuses minutes et à finir stressé et stressant.

Agacement

Nous nous agaçons quand les autres sont hésitants et continuent de peser le pour et le contre. Nous essayons à coup de dépenses d’énergie supplémentaires d’entraîner les autres que nous trouvons parfois trop lents et trop mous. Cette résistance va engendrer chez nous de l’agacement et de la colère. 

Surcharge

Nous croyons toujours avoir besoin de bouger, d’avancer, de faire plusieurs choses à la fois et de courir. Faire une pause ou se reposer est culpabilisant. Notre corps est en permanence sous stress et en suractivité, ce qui fait que nous sommes au mieux épuisé, au pire finir malheureusement en burn-out.

Messages permissifs à introduire

À chaque fois que le stress ou le message contraignant est perçu, reprends la main en toute conscience en stoppant ton flux de pensées contraignant et en le remplaçant par un flux de pensées contenant des messages permissifs. Choisis celui ou ceux qui te parlent le plus pour augmenter l’effet.

  • « Je choisis de prendre mon temps »  
  • « Je me donne du temps pour mes besoins »
  • « Je choisis de prendre le temps de me ressourcer afin de conserver mon efficacité et ma rapidité. Les sportifs de haut niveau connaissent l’importance du temps de récupération.»
  • « Je préfère lorsque cela va vite, maintenant je suis aussi capable d’apprécier quand çà l’est moins »

Autres articles liés

[elfsight_social_share_buttons id=”1″]

Message contraignant : Fais un effort

En synthèse

FAIS UN EFFORT

Ta croyance en bref : Pour exister, tu crois que tu as besoin de te donner beaucoup de mal.

Ta vie se résume à concevoir que les choses doivent se faire difficilement et y consacrant toute ton énergie. Réussir simplement serait culpabilisant, voire presque insultant !

Messages contraignants entendus dans ton éducation

Depuis ton plus jeune âge, tu entends des messages ou des idées que ton autorité éducationnelle te vend et que tu vas finir par acheter. Et même formulées sans intention de nuire, ces petites phrases répétées t’intiment d’obéir pour te conformer aux attentes dictées par cette autorité.

  • « On n’a rien sans rien »
  • « Fais-en plus »
  • « Tu ne travailles pas assez . »
  • « Déjà ? Non, tu n’y as pas passé suffisamment de temps  ». 
  • « C’est à la sueur du front qu’on a ce qu’on veut »
  • « Donne-toi un peu de mal »
  • « À vaincre sans effort, on triomphe sans gloire »
  • « Rien ne s’obtient sans un minimum d’effort » 

Comportements

Ces messages en boucle vont avoir aussi bien des effets positifs, lorsqu’ils sont adaptés à la situation, que des effets négatifs dans les cas de sur-adaptations.

Coté pile

  • Tu es patient et persévérant
  • Tu donnes le meilleur de toi-même
  • Tu es prêt à aider les autres.
  • Tu investis rapidement ton énergie dans une direction nouvelle.
  • Tu peux abandonner un projet pour un autre, sans état d’âme.
  • Tu sais déléguer.
  • Tu utilises souvent l’humour (caustique).

Coté face

  • Tu peux traîner, souffler, prolonger pour éluder la conclusion.
  • Tu as tendance à compliquer volontairement les choses
  • Tu penses souvent que les autres sont paresseux ou n’en font pas assez
  • Tu as tendance à ne pas achever tes phrases.
  • Tu peux te désolidariser d’un groupe

Conséquences mentales, émotionnelles et physiques

Cette pression et ce message répété en boucle ont des conséquences sur nos émotions, notre mental ou notre physique

Insatisfaction

Tu es souvent insatisfait et peut être particulièrement sévère à l’égard de ceux que tu considères comme « paresseux ». Tu peux être amener à dévaloriser leurs résultats (et les tiens aussi) si tu considères qu’ils ont été obtenus facilement, sans effort particulier.

Agressivité

Tu peux avoir tendance à compliquer les choses pour ce que soit difficile et vraiment méritoire mais tu peux aussi rejeter la responsabilité de tes échecs/problématiques sur les circonstances ou sur les autres.

Epuisement

Impliqué pleinement dans ce que tu fais, tu es capable de déployer une énergie énorme pour faire aboutir les projets qui te tiennent à cœur. Les obstacles et les difficultés ne te font pas peur et tu les prends à bras le corps. Tu aimes te dépasser et n’as aucune hésitation à retrousser tes manches, à aller au charbon, à payer de ta personne. Ce comportement utilise énormément de ressources et le risque de burn-out est important.

Messages permissifs à introduire

À chaque fois que le stress ou le message contraignant est perçu, reprends la main en toute conscience en stoppant ton flux de pensées contraignant et en le remplaçant par un flux de pensées contenant des messages permissifs. Choisis celui ou ceux qui te parlent le plus pour augmenter l’effet.

  • « C’est ok de réussir sans souffrir »
  • « C’est ok de réussir facilement »
  • « C’est ok de me détendre »
  • « C’est ok de prendre du plaisir »

Autres articles liés

[elfsight_social_share_buttons id=”1″]

Message contraignant : Fais plaisir

En synthèse

FAIS PLAISIR

Ta croyance en bref : Pour exister, tu crois que tu as besoin de toujours satisfaire les besoins des autres.

Ta vie se résume à essayer d’être un vrai saint-Bernard, même si l’on ne te demande rien. Les autres passent avant toi… quitte à adopter leur point de vue ou leurs idées. 

Messages contraignants entendus dans ton éducation

Depuis ton plus jeune âge, tu entends des messages ou des idées que ton autorité éducationnelle te vend et que tu vas finir par acheter. Et même formulées sans intention de nuire, ces petites phrases répétées t’intiment d’obéir pour te conformer aux attentes dictées par cette autorité.

  • « Tu me fais de la peine » 
  • « Sois sage… »
  • « Tu seras gentil si… »
  • « Ne sois pas égoïste. »
  • « Tu crois que je ne le mérite pas ? » 
  • « Fais-moi plaisir… »
  • « Tu rendras service à tout le monde comme ça. » 
  • « Une cuillère pour papa, une cuillère pour maman… »

Comportements

Ces messages en boucle vont avoir aussi bien des effets positifs, lorsqu’ils sont adaptés à la situation, que des effets négatifs dans les cas de sur-adaptations.

Coté pile

  • Tu es conciliant, attentionné et toujours prêt à aider.
  • Tu t’intègres bien dans un groupe ou une équipe (mais le plus souvent sans diriger) jusqu’à en devenir le ciment de cohésion du groupe
  • Tu utilises souvent ton intuition et ton empathie.
  • Tu es considéré comme altruiste, tolérant, souple et plein d’humour

Coté face

  • Tu es enclin à l’anxiété d’obtenir à tout prix de l’approbation
  • Au-delà du compromis, tu as tendance à être trop conciliant.
  • Tu dépenses beaucoup d’énergie pour vérifier que l’autre n’est pas malheureux
  • Tu acquiesces souvent de la tête et tu as des difficultés à dire non
  • Tu peux avoir du mal à prendre des décisions, en particulier si elles affectent d’autres personnes.
  • Les confrontations et situations conflictuelles provoquent le plus souvent la fuite.

Conséquences mentales, émotionnelles et physiques

Cette pression et ce message répétés en boucle ont des conséquences sur nos émotions, notre mental ou notre physique

Manque d'affirmation de soi

Tu peux avoir des difficultés à te positionner clairement par peur de décevoir, tu vas alors utiliser un langage volontairement flou, ambigu ou pouvant être interprété de multiples façons, ce qui te laisse toujours une porte de sortie pour ne pas blesser les autres.

Dépendance affective

Tu peux facilement tomber dans la dépendance affective ou t’épuiser dans la recherche illusoire d’approbation. Le déni de toi au profit des autres te mène à beaucoup d’insatisfaction et de frustration, de sentiment d’ingratitude.

Agressivité

Tu as aussi du mal à exprimer tes opinions ou tes désirs, à dire non, à demander quelque chose pour nous, ou tout simplement à fixer des limites. Du coup, tu obtiens rarement ce à quoi tu aspires ou estimes avoir droit sans l’avoir demandé. Alors en période de stress, toute ta frustration finit par s’extérioriser à travers des colères chaudes.

Messages permissifs à introduire

À chaque fois que le stress ou le message contraignant est perçu, reprends la main en toute conscience en stoppant ton flux de pensées contraignant et en le remplaçant par un flux de pensées contenant des messages permissifs. Choisis celui ou ceux qui te parlent le plus pour augmenter l’effet.

  • « C’est ok de prendre soin de moi » 
  • « C’est ok de me donner du temps pour mes besoins »
  • « C’est ok de faire ce que j’aime afin de mieux apprécier les autres »
  • « C’est ok de me respecter et de vivre selon mes valeurs »
  • « C’est ok que mes besoins ont autant voir plus de valeurs que ceux des autres »
  • « C’est ok d’être la personne responsable de mes besoins »

Autres articles liés

[elfsight_social_share_buttons id=”1″]

Message contraignant : Sois Fort

En synthèse

SOIS FORT

Ta croyance en bref : Pour exister, tu crois que tu as besoin d’être une personne indépendante ne demandant de l'aide à personne pour avancer.

Ta vie se résume à essayer de toujours faire face et tu as appris à ne jamais montrer tes sentiments, tu préfères la difficulté de tout affronter seul plutôt que de faire confiance ou de parler de toi.

Messages contraignants entendus dans ton éducation

Depuis notre plus jeune âge, nous entendons des messages ou des idées que notre autorité éducationnelle nous vend et que nous allons finir par acheter. Et même formulées sans intention de nuire, ces petites phrases répétées nous intiment d’obéir pour nous conformer aux attentes dictées par cette autorité.

  • « Tu ne vas pas pleurer pour ça ? »
  • « Sois courageux »
  • « Il n’y a aucune raison d’avoir peur »
  • « Tu n’as pas mal » 
  • « Tu es trop sensible » 
  • « Je ne veux pas te voir pleurer »
  • « D’autres enfants sont plus malheureux que toi. »
  • « La vie est dure, qu’est-ce que tu crois ? »
  • « Moi, à ton âge, je travaillais déjà. »

Comportements

Ces messages en boucle vont avoir aussi bien des effets positifs, lorsqu’adaptés à la situation, que des effets négatifs dans les cas de suradaptations.

Coté pile

  • Reste calme sous la pression, l’angoisse, l’inconfort, la difficulté.
  • Sous stress, l’énergie augmente même
  • Reste logique et détaché, même quand les autres paniquent
  • Capable de prendre des décisions désagréables sans état d’âme.
  • Considéré par les autres comme juste, solide, débrouillard, autonome et fiable.

Coté face

  • Ignore ses propres émotions, avance quoiqu’il en coûte
  • Orienté résultat, ne montre pas de signe de faiblesse, ce n’est pas tolérable
  • Peut être perçu comme indépendant, voir souvent en retrait
  • Froid et impénétrable, le manque d’utilisation de son intelligence émotionnelle peut mettre mal à l’aise les autres
  • Réticent à demander de l’aide, couplé à une exigence importante, peut mépriser les autres qui en demandent.

Conséquences mentales, émotionnelles et physiques

Cette pression et ce message répété en boucle ont des conséquences sur nos émotions, notre mental ou notre physique

Isolement

Du fait de cette pression de toujours cacher ses émotions, même positives, à nous-même et aux autres, nous montrons toujours un masque, une façade. Nous pouvons alors nous retrouver dans un isolement relationnel et émotionnel, notamment en étant intolérant ou méprisant envers ceux qui apparaissent comme faibles.

Hypo Emotionnel

Nous gagnerons à nous reconnecter à nos émotions pour éviter de finir en burn-out, car ce que nous prenons pour de la “maîtrise des émotions” est en réalité la négation d’une fonction naturelle qui nous envoie des messages importants sur ce qui nous convient ou pas. À trop les ignorer, nous risquons de ne pas voir les signaux qui indiquent que la coupe est pleine.

Fatigue

Cette pression permanente entraîne une fatigue importante, sautez encore et encore pour atteindre un plafond inaccessible, il y a des tortures qui sont plus douces. Dans ces conditions, c’est éreintant et sans fin, nous nous épuisons face à une telle débauche d’énergie en vain.

Messages permissifs à introduire

À chaque fois que le stress ou le message contraignant est perçu, reprends la main en toute conscience en stoppant ton flux de pensées contraignant et en le remplaçant par un flux de pensées contenant des messages permissifs. Choisis celui ou ceux qui te parlent le plus pour augmenter l’effet.

  • « C’est ok d’écouter mes propres besoins » 
  • « C’est ok d’avoir des émotions »
  • « C’est ok d’être moi-même en exprimant ma vulnérabilité »
  • « C’est ok d’être humain »
  • « Seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin »

Autres articles liés

[elfsight_social_share_buttons id=”1″]

Message contraignant : Sois Parfait

En synthèse

SOIS PARFAIT

Ta croyance en bref : Pour exister, tu crois que tu as besoin de perfection et de contrôle dans tout ce que tu vis ou fais.

Chez toi, rien n’est le fruit du hasard, tout est réglé dans les moindres détails. Ta vie se résume à essayer de toujours faire plus et mieux. Le stress est permanent alors attention au burn-out, tu risques de t’épuiser à toujours vouloir dépasser la demande. 

Messages contraignants entendus dans ton éducation

Depuis notre plus jeune âge, nous entendons des messages ou des idées que notre autorité éducationnelle nous vend et que nous allons finir par acheter. Et même formulées sans intention de nuire, ces petites phrases répétées nous intiment d’obéir pour nous conformer aux attentes dictées par cette autorité.

  • « Ce n’est pas encore assez »
  • « Tu peux mieux faire »
  • « J’attendais mieux de toi »
  • « Rassure-moi, tu as eu la meilleure note ? »
  • « Recommence tant que ce n’est pas parfait. »
  • « Pour un travail fait à la maison, 9/10 n’est pas suffisant »
  • « Ta lettre n’est pas bien tracée. » 
  • « Tu as dépassé sur ton coloriage. »

Comportements

Ces messages en boucle vont avoir aussi bien des effets positifs, lorsqu’adaptés à la situation, que des effets négatifs dans les cas de suradaptations.

Coté pile

  • Travail d’excellente qualité
  • Sens du détail
  • Bosseur, ne compte pas tes heures
  • Capable de réaliser de grandes choses
  • Détecte rapidement ce qui ne va pas

Coté face

  • Peut se perdre dans les détails
  • Pointilleux à l’extrême
  • Peut passer en mode hypercontrôle
  • Craint l’échec et peut être inhibé pour passer à l’action
  • Intolérant à la critique tout en étant critique

Conséquences mentales, émotionnelles et physiques

Cette pression et ce message répété en boucle ont des conséquences sur nos émotions, notre mental ou notre physique

Insatisfaction

Cette pression énorme amène une exigence non proportionnée face aux résultats, ce qui entraîne une insatisfaction de nos propres résultats, mais également ceux des autres.  Au niveau émotionnel, nous allons faire face alors à des colères puissantes, intérieures et froides si elle est dirigée vers nous même, ou extérieure et cassante si elle est dirigée vers le sujet de l’imperfection.

Angoisse

Une autre conséquence est l’angoisse permanente de ne pas être à la hauteur des attentes des autres. Nous sommes certains d’être incompétent, d’être dépassés, nous avons souvent des craintes d’être démasqués, que cette fois-ci, finit de tromper notre entourage, nous pouvons vivre dans la peur panique que le pot aux roses – qui n’existe que dans notre esprit – soit découvert.

Fatigue

Cette pression permanente entraine une fatigue importante, sautez encore et encore pour atteindre un plafond inaccessible, il y a des tortures qui sont plus douces. Dans ces conditions, c’est éreintant et sans fin, nous nous épuisons face à une telle débauche d’énergie en vain.

Messages permissifs à introduire

À chaque fois que le stress ou le message contraignant est perçu, reprends la main en toute conscience en stoppant ton flux de pensées contraignant et en le remplaçant par un flux de pensées contenant des messages permissifs. Choisis celui ou ceux qui te parlent le plus pour augmenter l’effet.

  • « C’est ok d’apprendre de mes expériences » 
  • « C’est ok de faire des erreurs »
  • « C’est ok d’être moi, tel que je suis »
  • « C’est ok de choisir la juste qualité à la surqualité »
  • « C’est ok de choisir d’être réaliste à perfectionniste »
  • « C’est ok de faire de mon mieux »

[elfsight_social_share_buttons id=”1″]

Autres articles liés